EnVies EnJeux – Bouches-du-Rhône
3B, rue de la Fraternité
13 400 Aubagne – France

Situer sur une carte


Chloé : 04 13 12 28 67


contact13@envies-enjeux.com

EnVies EnJeux – Aveyron
37, rue de la Capelle
12 100 Millau – France

Situer sur une carte


Nicolas : 06 63 24 18 73


 coline.enviesenjeux@gmail.com

EnVies EnJeux – Ardèche
4 rue du Rouvoumbal
07 140 Les Vans

Situer sur une carte


Amélie : 06 74 19 40 71

 

EnVies EnJeux – Isère
Grenoble

Situer sur une carte


Jean-Philippe : 06 31 78 40 48


contact38@envies-enjeux.com

Le plaisir ? Moyen et but de l’apprentissage

Le plaisir ? Moyen et but de l’apprentissage
2 janvier 2017 Jeux cooperatifs

L’apprentissage – de l’Antiquité à nos jours – a souvent été associé à la souffrance, à la pression constante, aux injonctions voire à la menace de sanctions. « No pain, no gain » disent les Anglo-Saxons. Or l’éducation peut aussi être ludique grâce aux jeux éducatifs !
L’histoire de l’éducation et notre histoire personnelle tendent à nous présenter la souffrance comme ingrédient nécessaire à tout apprentissage. Forts de cette croyance et de nos bonnes intentions, nous proposons ensuite ce modèle à nos enfants…

1) Le jeu pour apprendre ou réfléchir est souvent refusé à l’école car il ne fait pas
« sérieux ».

Pourtant, le jeu recèle de puissantes vertus pédagogiques. Dans le jeu, les erreurs sont
considérées comme des phases « normales » du jeu et non comme des « fautes » sanctionnées.
Il y a de fait un malentendu gigantesque entre le monde de l’enfant d’une part qui jusque là
s’est construit en jouant et d’autre part, le monde de l’adulte qui estime trop souvent qu’il n’y a de travail réel, que dans la souffrance et le cérébral pur. Or, tant que l’adulte n’est pas trop intervenu, c’est par le jeu que l’enfant a appris et apprend de manière fulgurante, construisant « le je » !

Le jeu fait de l’enfant un acteur ce qui le rend ipso facto détendu, passionné et responsable de son apprentissage. Le stress est donc par là même, exclu. Et qu’il y a-t’il donc de plus noble comme « travail » que la construction de l’être ? Malheureusement ces deux mondes s’affrontent trop souvent sans se comprendre. C’est la raison pour laquelle les partisans d’une approche ludique de l’éducation ne sont pas encore reconnus institutionnellement. Dommage ! L’histoire de ce contre-mouvement a encore beaucoup à nous apprendre !

2) Les émotions, au cœur des apprentissages

« La notion d’apprentissage est couramment abordée sous l’angle cognitif, laissant de côté
l’aspect émotionnel et le plaisir d’apprendre »2. Pourtant, les émotions sont au cœur des
apprentissages : agréables, elles incitent à poursuivre un engagement et à atteindre un but.
Désagréables, elles poussent à se désengager.
Le plaisir de la responsabilisation et l’engagement à long terme sont donc principalement liés à la satisfaction et au plaisir qu’éprouve un individu dans l’exercice d’une pratique. Dans le cadre scolaire, ce lien entre plaisir et apprentissage est une relation paradoxale, encore trop souvent problématique. La tendance dominante considère toujours le plaisir comme suspect, bien loin des valeurs de sérieux, de travail et d’effort classiquement véhiculées par l’institution. Lorsqu’elle intègre la dimension plaisir, c’est comme « plaisir
d’accomplissement », de maîtrise d’une compétence compatible avec le dogme de l’efficacité
qui justifie les pressions culturelles et politiques.

Or, il existe bien d’autres plaisirs. Dans les jeux comme ailleurs, la compétition n’est pas obligatoire dans les jeux !

3) Du plaisir aux plaisirs

Les sources de plaisir sont multiples, mais on peut les regrouper en trois catégories :

Le plaisir hédonique renvoie à la recherche de sensations, liées au vertige, au hasard, au jeu.
Le plaisir d’affiliation est lié à l’appartenance à un groupe. Il donne à l’enfant les sentiments d’identité, de reconnaissance et d’intégration.
Plaisir d’accomplissement est lié à la réussite de ses projets, à la maîtrise des activités pratiquées, aux progrès réalisés.

« Ces trois sources de satisfaction alimentent de manière simultanée la motivation des
individus. »4


4) Accueillir le désir d’apprendre

« Ce qui frappe le plus quand on observe les apprentissages naturels, qui concernent peut-être
90% […] des connaissances que nous utilisons […], c’est leur caractère parfaitement
spontané, on pourrait presque dire non volontaire »5.
Un enfant, élevé parmi d’autres humains est donc naturellement appelé à se développer,
physiquement, émotionnellement et intellectuellement. Apprendre est aussi naturel que le fait
de téter, de manger, de marcher ou d’apprendre à courir : il faut le souligner, ce sont des
plaisirs physiologiques naturels.

En ne diversifiant pas les aliments proposés aux enfants, on hypothèque la construction des
plaisirs gustatifs. De même, en se cantonnant dans une démarche « seulement cérébrale », on
prive les enfants du plaisir de l’apprentissage lié à celui de la découverte. « L’apprentissage est un bonheur tant que l’on ne l’a pas démoli : c’est un profond bouleversement de l’être, une joie intense, une jubilation »6.
Goldstein7 a établi un rapport direct entre le sourire de l’enfant et son développement
intellectuel. Le plaisir permet à l’enfant de repérer la présence d’un élément nouveau, support de l’apprentissage : ce n’est pas un simple adjuvant, mais avant tout un indicateur.


5) L’apport des neurosciences : apprendre en mouvement avec tous ses sens

Les neurosciences affirment que le processus complexe d’acquisition s’appuie également sur
l’utilisation de nos sens et le mouvement. Solliciter nos sens développe la formation d’une
multitude de circuits neuronaux lieu de stockage des informations.
Quant au mouvement, il est fondamental car 50% de l’activité des fibres nerveuses consiste à
transmettre au cerveau les informations reçues par l’ensemble du corps. Les sens et le
mouvement soutiennent les processus d’apprentissage : le corps entier est intelligent8.

6) Le stress, facteur de blocage

Il reste encore à souligner que le stress altère grandement l’apprentissage. Selon un processus primitif, appelé « le réflexe combat-fuite », le stress préparait l’organisme à répondre à une situation de survie de nos lointains ancêtres. Or aujourd’hui, un stress d’apprentissage n’est plus un problème de survie, le drame étant que notre cerveau n’en fait pas la distinction et fonctionne toujours en réflexe de survie, expulsant le sang du cerveau pour irriguer les bras (pour le combat) et les jambes (pour la fuite) etc., ce qui provoque des troubles de l’attention et aboutit à la formation de réseaux neuronaux dysfonctionnant9.
Sachant que chacun a une approche de l’apprentissage qui lui est individuelle, le plaisir nous pousse néanmoins à nous développer dans toutes les dimensions de notre être et jouer pour apprendre est ce qu’il y a de plus « sérieux » pour l’enfant !

Chloé di Cintio

1. H.I. MARROU Histoire de l’éducation dans l’antiquité. Ed. du seuil. Paris, 1948.
2. Dania Ramirez, psychologue, in Vies à Vies, Bulletin du Service d’orientation et de consultation
psychologique, vol.10, numéro 3, Janvier 1998.
3. Durand, M., L’enfant et le sport. Paris, PUF, 1987.

4.Didier Délignières, in « Plaisir, apprentissage et culture »
5.Michel Lobrot professeur émérite à Paris 8, auteur notamment de La pédagogie institutionnelle, 1966 in Le
plaisir, condition de l’apprentissage.
6. Cécile Regimbeau, créatrice des jeux d’apprentissage de la lecture : « Les Phrases Rigolotes » et « La
Farandole » des Mots”, Millau Sesame Editions, 2007.
7. Kurt Goldtein, neurologiste et psychiatre Allemand, il est à l’origine d’une théorie globale de l’organisme
8. Dr. Maria Katsiou Zafrana, professeur de psychologie à l’université d’Athènes, in « Neuropsychologie et
éducation », article paru dans l’YX, bulletin n°3 du RYE (Recherche sur le yoga dans l’éducation), Janvier 1999

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*